Mancora, mon surftrip de 2 semaines au Nord du Pérou

Journal de voyage

Avant mon blogue, j’écrivais des journaux de voyages, donc j’ai transféré certains ici, ne voulant pas les perdre pour toujours, car le journal de voyage en ligne fermait. Je ne voulais pas perdre ces souvenirs, plusieurs de mes premiers voyages sont encore sur papier, dans une boite remplit de carnets.

Surfer à Mancora

JOUR 1

J’ai pas beaucoup dormi. J’avais tellement peur de passer tout droit. Avec tout de même un peu de doute, le taxi arrive, nous allons chercher Javier dans le district de San Borja à Lima et j’y laisserais mon stock en trop. Je suis bien contente de le voir m’attendre sur le balcon de la maison de ses parents. Nous entrons de peine et de misère dans le taxi avec sa planche de surf ! En direction de l’aéroport notre chauffeur cogne de clous, moi j’ai super peur car il freine parfois sur l’autoroute et Javier rit et essait de le garder réveillé pour arriver vivant à l’aéroport ! Nous avons un beau vol et arrivé là-bas nous finissons par avoir un bon prix pour se rendre en taxi, à la place d’y aller en bus !


Arrivée là-bas, il fait super chaud, la chambre de l’hôtel ce n’est pas le gros luxe mais l’installation extérieur est géniale et vraiment excellente. Chaises longues avec coussins, parasols, salon, lits et hamacs… et tout juste en face de la vague à surfer ! Après un peu de repos à l’ombre, nous partons marcher dans les rues de Mancora. C’est un beau petit village, remplit de touristes, de surfeurs et d’enfants. La plage est magnifique, il y a des palmiers et tout la tralala pour faire de la fin de mon voyage, des vacances parfaites.


Maintenant, ma leçon de surf ! 2 heures de plaisir, de peur et de petits accidents ! Je suis épuisée, raide morte mais j’ai le sourire fendue jusqu’aux oreilles, les gars de la surf shop me félicite ! Bon, on leur dira pas que je ne suis pas à ma première leçon. En plus, je suis très fière de pouvoir dire que je surf maintenant avec une 10 pieds et que je me suis levée à la première vague !


Petite soirée tranquille à l’hôtel…Demain on devrait avoir une meilleure chambre, encore avec vue sur la mer mais avec des meilleurs lits. En tout cas, on le souhaite…

JOUR 2

Je ne veux pas être platte mais je pense que les deux prochaines semaines vont ressembler à cette journée, donc je risque de moins écrire…


On se réveille, on va faire du surf libre, parfois il surf seul et moi je prend des photos de Mancora. On va déjeuner quelque part pas cher sur la rue un peu plus tard. On relaxe sur le site de l’hôtel, chaise longue et hamac sur la plage. J’ai ma leçon de surf de 2h00-2h30, on va diner sur une terrasse. On retourne relaxer à l’hôtel. On fait du surf libre au coucher du soleil, douche, bière sur le site de l’hôtel face à la plage, devant notre vague… dodo de bonne heure et on recommencera demain, après-demain etc…

Surf es de puta madre !! Ce n’est pas un insulte mais une expression péruvienne qui veut dire « super méga full cool fun » ! LOL !

JOUR 3 

Belle leçon de surf, j’ai enfin la contrôle de ma planche de 10 pieds. J’ai regardé ma vague et je l’a fait… plusieurs fois… C’est une vague qui déferle à gauche, malheureusement pour moi, ça serait plus facile si j’étais « goofy » sur une planche de surf mais je suis « regular» ! Donc, la vague ne se déroule pas en ma faveur. Mais Javier m’a expliqué comment faire et je pense avoir réussi quelque bons mouvements sur ma planche de surf ! La deuxième heure a été un peu plus difficile, beaucoup de gens, des surfeurs très expérimentés qui te crient après si tu prends la vague et les autres étudiants qui sont moins expérimentés que moi… J’ai toujours peur de faire mal aux autres donc parfois, même souvent, je perds ma vague. Javi m’a dit : « Fuck everybody and take it ! ». Et c’est ce que je fais maintenant, j’ai même poussée la planche de surf d’un gars avant de me lever car il m’aurait couper !! Oups… je suis un peu méchante mais j’ai aussi eu du mal à rattraper ma vague après. LOL ! Les profs ici on une autre façon d’apprendre le surf, un des instructeur à dit que Javi ne devrait pas m’enseigner comme il le fait. Donc , le gars a empoigné ma planche de surf et il m’a poussée sur la vague, tout en restant accroché derrière moi, dans l’eau en nageant avec ces jambes et des palmes aux pieds, sans me lâcher… donc c’est lui qui dirige ma planche de surf. Je n’ai vraiment pas aimé ça !? J’avais l’impression de faire de la bicyclette avec les petites roues d’en arrière. Ce que j’aime avec mes leçon, c’est que j’apprend vraiment le sport et je ne suis pas ici pour dire, je me suis levée sur ma planche car ça je sais le faire… Je veux surfer ! Contrôler, tomber et recommencer !

J’ai la picotte péruvienne ! LOL ! Non, je pense que je me fais mangé par les moustiques ou autre la nuit… Ici, je n’ai pas de moustiquaire et je ne peux pas non plus en accrocher un… Ma meilleure amie Mélanie me dit que je devrais aller voir le pharmacien. Donc je le ferais cette aprèm, pour trouver une solution à mes démangeaisons. Après, petite soirée tranquille sous les palmiers et la pleine lune, Jack Johnson, Bob Marley et quelques cervezas !

JOUR 4 Fast and furious

Journée Fast and Furious ! À cause des grosses vagues qui me font peur et que j’ai surfé !! Des plus petites mais très rapides que je réussis de mieux en mieux à chevaucher… Mais surtout pour notre après-midi en jetski !!! Je ne me rappelle pas la dernière fois ou j’ai autant ri !!!! On a fait les fous et on a eu une excellente journée !

JOUR 5 : Crash test dummie

Désolée, je sais que je fais ça court parfois, mais je tiens ce blogue électrique pour la première fois, pour garder des souvenirs… car avant celui-ci, j’écrivais sur papier, dans un journal de voyage. Et je ne pense pas que ça vous tente d’entendre parler de technique de surf !! Donc, je ne rentre pas dans les détails. Chaque jour, nous trouvons un titre à la leçon ou à la journée. Le titre dit tout aujourd’hui ! J’ai eu des accidents avec beaucoup de monde parce que leur instructeurs n’ont aucune étiquette au Pérou, comparativement à Hawaii ou au Costa Rica. Il y en a même, un étudiant qui a eu tellement peur qu’il est resté couché sur le dos sur sa planche de surf après être entré en collision avec moi. Son instructeur le poussait vers la plage après notre impact ! J’en ai parlé à Javi, je pensais l’avoir blessé mais c’était impossible, je me sentais super mal… Javi m’a assuré que c’était l’autre qui était dans le tort et que dans les circonstances, j’avais bien fait. Mais le contraire m’est aussi arrivé, un instructeur a poussé un étudiant sur moi… Quand tu es debout sur ta vague, les autres ont par obligation de te la laisser… C’est comme en voiture, tu coupes pas le monde. Mais ici, les instructeurs s’en fou un peu… donc j’ai une belle collections de bleus en plus des picots de moustiques !!! Mais bon, j’ai fait de belles vagues et j’ai aussi pratiqué mes montées face à la vague en ramant avec mes bras pour aller derrière le « set de vague » .

Question de ne pas m’achever un peu plus qu’en ce moment ! Une heure de surf libre au coucher de soleil et maintenant on se prépare pour la fiesta ! C’est vendredi !

Que veut dire « borracha » : c’est simplement être: ivre par l’alcool au féminin, car au masculin ça serait «borracho» !

JOUR 6

Ce matin, après seulement 5 hrs de sommeil… hop sur les vagues ! Faire du surf à jeun après une soirée fiesta !! C’est quelque chose ! Mais c’est bon… je n’avais pas peur des grosses vagues, car j’étais trop fatiguée pour avoir le temps d’y penser. Le matin très très tôt, c’est vraiment génial, la marée est haute, il n’y a pas de vent, donc le Pacifique est lisse comme un miroir. C’était génial et demain, on va le refaire mais j’espère avoir dormi un peu plus… Mais… c’est samedi et j’ai déjà un mojito à la main !

JOUR 7

Pour ceux et celles qui se demande qui est Javier ou Javi comme nous l’appelons tous. Je l’ai recontré cette été lors de mon voyage à Hawaii. Il fut mon premier instructeur de surf là-bas, à Waikiki beach, sur l’île d’Oahu à Hawaii. James, le manager de l’école HH m’a demandé tout sourire : « Mise à part ton magnifique accent quand tu parles anglais… tu es plus à l’aise avec quelle langue ? » Donc, je lui dit: « Le français et l’espagnol !  » C’était sérieux, ce qui était plus facile pour moi… que l’anglais à l’époque… Aujourd’hui, je travaille souvent avec des américains et mon anglais c’est grandement amélioré. J’ai jamais eu la chance de refaire un cours avec lui à Waikiki. Mais chaque à jour, quand il me croisait, on jasait un peu, en espagnol… Je lui ai parlé que je voulais aller au Nicaragua pour surfer cet hiver. Il m’a dit : « Pourquoi pas le Pérou et j’y serais… ? » Donc, après avoir vu les plages de Lima polluées et froides… Je lui ai faite la proposition, de venir avec moi à Mancora, le paradis des surfeurs au Pérou, pour me donner des leçons à tout les jours, à la place de Lima… Et il a dit oui !

Donc, en plus d’être dans un endroit paradisiaque avec des palmiers, des vagues et de l’eau chaude. J’ai la chance de ne plus être seule pour cette partie de ce voyage et de faire des activités ou sortir dans des endroits que je n’aurais jamais faite seule au Pérou ! Notre hôtel est super bien situé, les 2 pieds dans le sable, face à la mer, surtout face à notre vague. En moins de 30 sec, nous sommes sur notre planche de surf en train de ramer vers la vague ! La nuit, nous nous endormons au son des vagues qui se brisent sur le sable. C’est tellement génial ! Je suis en train de vivre le plus beau voyage de ma vie ! Malgré le fait qu’on se fait totalement bouffer par les moustiques et que les risques de contracter la fièvre Dengue ou bien la Malaria se font de plus en plus grande… Je vais bien… J’ai des bobos partout, mon nez et mes lèvres ont besoin d’une nouvelle peau, j’ai les dessous de pieds coupés par les roches et les coraux… Mais je suis tout sourire et très heureuse !

Nous avons été à Los Organos aujourd’hui en Tuk-tuk, ça été long et périlleux, je vous le jure!

JOUR 8

Aujourd’hui , ça fait 1 an que mon papa nous a quitté… Je suis seule, au Pérou… seule… le seul mot qui me vient en tête, je suis seule… seule au Pérou… seule au monde. Mes pensées sont très loin du Pérou. Elles sont avec ma famille, au Canada. Je t’aime papa xxx

Habituellement, lorsque je surf, j’oublie tout. Que le moment présent compte. Mais ce matin, le surf ne m’a pas rendue heureuse. Les vagues étaient immenses, elles s’enchaînaient une derrière l’autre. J’avais tellement peur. J’ai réussi à en prendre quelques unes… mais j’ai due me battre 2 fois pour rester en « vie » contre les vagues. Je suis même sortie de l’eau à 2 reprises sur la plage pour reprendre mon souffle. Je devais me battre contre ma peur, ma peine et ma crise d’hyper-ventilation ! Mes pieds me font souffrir, la «sling» m’a déchirée et brûlée la peau de la cheville. Chaque fois que je réussisais à me sortir la tête de l’eau pour reprendre mon souffle, une autre vague arrivait droit sur moi, forte et puissante. Javi me faisait signe de plonger et de recommencer, d’aller en dessous de la vague avec ma planche de surf. Et je sors de l’eau, je revois encore son visage qui me dit: « Une de plus Gen, une de plus… » Pis je le regarde et je lui fais signe… que je ne peux plus en prendre… je ne peux plus… Je finis par sortir du ressac, après 4-5 bonnes claques sur la gueule. Je me calme, je dois absoluement confronter ma peur si je veux être surfeuse. C’est aussi ça faire du surf… avoir peur, avoir mal, avoir une mauvaise journée ! Je retourne vers le large, il me chante des chansons… je me calme… il me rassure que tout ira bien… Je remonte sur une vague… Pis voilà, ça recommence… Une vague, une autre, la planche me tire vers la plage, ma peau fait mal, je n’arrive plus à savoir si je nage pour remonter pour prendre de l’air ou vers le bas… Je sors de l’eau, je cherche encore mon souffle, je vois Javi… encore une autre… une autre… une autre… je le supplie dans ma tête… Arrête les vagues STP… Arrête les vagues, ma planche est remplie d’eau… Je n’arrive plus à la bouger, je sors de l’eau de peine et de misère… je reprends mon souffle. Il vient me rejoindre sur la plage, me fait un calin et me dit que certains jours c’est aussi ça faire du surf. À partir de demain, fini les planches de débutants, on va descendre un peu, pour un longboard 9’00, qui ne se remplira pas d’eau, qui m’entraînera pas avec elle, vers le fond… Pour l’instant, je le regarde s’amuser comme un fou dans les grosses vagues. Je vais prendre mon courage à deux mains et je vais essayer d’y retourner aujourd’hui… malgré le mal, les douleurs, la peur et la peine. Je vais y retourner et faire de belles vagues pour mon papa xx

JOUR 9 

Après avoir fait un remake d’Apocalypse now, hier dans les vagues ! We are back !
Ce matin, 30min avant d’aller dans l’eau, j’ai la chienne… Je vais au toilette toute les 5 min. J’ai des papillons dans le ventre. Javi est assis avec nos copains argentins Pato et son filleul, d’excellents surfeurs. Ils surfent ensemble tout les matins à l’aube. Il me demande ce que j’ai… J’ai peur, j’ai des papillons, je suis nerveuse… Mais je dois y retourner, sinon, tout s’arrêtera.

On change mon board pour un longboard 9’00 ». Première vague, je me pête la gueule, la leash lâche, c’est ce qui attache la planche à ma jambe et je vois partir ma planche toute seule vers la plage… Je nage pour la rattraper… On discute sur le sable et je reviens sur ma décision, je reprend le board que j’ai depuis le début. On repars… J’ai toujours la chienne… Javi m’aide, quelques grosses vagues, comme hier, mais 2-3 pas 4-5 !! On prend les vagues différemment… il reste près de moi, il sait que j’ai peur, il me dit que tout va bien, c’est que de l’eau, calme toi, respire… Après quelques vagues infructueuses, la mer se calme, je me calme aussi… et là, le déclic se fait dans ma tête !! Je lui dit ! Estoy lista, no tengo miedo !!! Traduction : « Je suis prête, j’ai plus peur ». Il sourit et il me dit, tient toi prête, y’en a une belle qui arrive et Hop !!! Je suis debout, je me sens bien, c’est fini… Je n’ai plus peur, la confiance est revenue. On fait quelques vagues, je mange aussi quelques claques sur la gueule comme hier… Mais aujourd’hui Javier reste près de moi, le plus qu’il le peut… Il me parle, me dit que tout va bien, de respirer, de m’accrocher… Il me pousse et m’aide… je me retourne… Lista !! Una màs por favor !!!  Traduction: « Prête, une autre STP ».

Je fais quelques belles vagues, de très longues, on a même essayé une grosse mais je me suis planté… donc, je lui dit: je ne suis pas encore prête pour ça… à cause d’hier… Parfait, on en fait des plus petites ou il arrête de me dire quand elles sont grosses !!! Car je sais qu’il m’en à donner une grosse… Et maintenant, il crie pour qu’on me laisse la vague… Pis ça fonctionne, la grosse que j’ai faite était parfaite !! Il m’a dit: Tu as entendus ?? Non quoi ?? Tout le monde criait… Yahouuuuuu !! Ou laissez lui la vague !!! J’ai dit : Non rien du tout… La vague faisait tellement de bruit !! Hi !!!

En ce moment , il y a la swell du Nord qui est chaude et la swell du Sud qui est froid, ne pas oublier ici que le froid est au pôle sud et la chaleur à l’équateur, donc le Nord du Pérou. Et on le ressent dans l’eau, c’est pourquoi les vagues sont de plus en plus grosses !! À la dernière vague, je suis encore tombé et … bang !! bang !!! 2-3 vagues sont venues me taper dessus… J’ai mal partout, j’ai des bobos et des bleus partout, j’ai avalé des tonnes d’eau… pis là, je lui dit… ça fait 2 heures… je suis fatiguée……. il faut que je sorte… il dit une dernière… pis j’ai dit non… je ne peux pas… Rendu sur la terre ferme ça pas été facile avec le resac… Mais une fois sorti de l’eau, je lui ai sauté au cou et le remerciant !!! Car après ma première vague, après lui a voir dit , je suis prête, je n’ai plus peur… Il a revu mon visage… il savait que j’étais enfin de retour.


Pour ceux et celles qui se demandent: j’utilise beaucoup d’anglicisme ou d’espagnol. Je pense 90% de mon temps à parler espagnol et 9% anglais et 1% français à l’hôtel qui est tenu par des français et il y a aussi un surfeur très expérimenté qui est français. Donc, pour moi, c’est plus personnelle… je ne veux pas traduire tout mes titres des leçons de surf, on s’efforce tellement à trouver le titre du jour !!


J’ai le tournis. C’est comme si j’étais sur une vague en permanence… Mon surf camp est épuisant et douloureux !! Mais je suis tellement heureuse !!! Je sais que c’est chiant ce que je vais écrire… mais il fait chaud en mautadine ici !!! Réjouissez-vous, dans une semaine je me les gêlent avec vous !

JOUR 10

6h30am, levée de soleil magnifique sur le Pacifique, des vagues immenses, gigantesques et puissantes déferlent sur la plage. Javi, Pat et Julian sont dans l’eau et je les prend en photo durant quelques heures. C’est tellement fascinants de les voir… J’ai même un peu peur pour eux et ça les a fait bien rire !!

J’ai mal partout, ma peau écorchée et me chauffe, j’ai de moins en moins d’énergie, on surf et on dort !! À 14h00 c’est le temps de ma leçon. Une brésilienne est supposée me prendre en photo. Je dis supposée car ma leçon fut pour le moins, la plus difficile de toute… J’arrive à maîtriser ma peur des grosses vagues quand je dois les traverser… mais monter dessus, je ne suis pas prête. J’ai la chienne et Javi le sent et le sait… Il me donne la queue de la vague mais j’arrive pas à rester debout… Je tombe, retombe, glisse, plonge tout sauf rester debout sur ces monstres… J’ai froid, l’eau est froide… J’ai hâte que la leçon soit fini…

Je pense qu’il a lu dans mes pensées et il dit, on va sortir de l’eau mais ça ne sera pas facile… Je décroche ma planche de surf pour qu’il puisse la prendre et que je puisse sortir du ressac. J’arrive pas à faire les 10pieds qui me sépare de la terre ferme… Le ressac et les vagues sont immenses… C’est comme si j’étais sur un tapis roulant, le sable glisse sous mes pieds, la vague me pousse par en avant et du moment que je sors de l’eau, le ressac m’attire vers le large… Je ne sais pas comment Javier fait pour avoir sa planche et la mienne à contrôler. Il arrive même à me prendre par la main et il m’aide… Pis Julian voit que Javi est dans une position difficile, il vient nous aider à sortir… Tout le long de ce combat, je me dis que les lifeguards pourraient bien venir nous aider ??!! Je suis exténuée, ma cuisse me fait mal, la respiration est difficile… Je tiens à peine debout pour me rendre à l’hôtel…

Arrivée, je m’assois sur le transac et je ne bouge plus… raide morte ! Je décide de prendre ma douche et il m’est arrivée quelque chose de super étrange, en m’habillant, je me suis penché par en avant pour éponger mes cheveux… Au moins 500ml d’eau m’est sortie par le nez !!!?? Les sinus étaient bien plein d’eau et de sable…

JOUR 11

Je me suis encore levée à l’aube avec les gars… Je vais faire de la photo…
Je me suis réveillée avec un mal de gorge et mon corps qui souffrait… Mère Nature est toujours aussi déchaînée et je pense faire ce que Pascal m’a suggéré… Si tu ne le sens pas, n’y vas pas. Donc, aujourd’hui, c’est avec tristesse que j’ai écouté mon corps et ma tête qui disait de ne pas surfer… mon coeur en a souffert un peu mais ça va passer… comme tout le reste que je quitterais demain soir.

La journée passe tout de même très vite. Nous dormons continuellement. Siesta dans le hamac, siesta sur les chaises longues, siesta sur les chaises transac et dans nos lits. Entre toutes ses siestas, les gars surfent et je fais de la photo.

En fin d’après-midi, nous décidons, Pato, Julian, Javi et moi d’aller surfer à Los Organos, donc moi, je ferais de la photo. Mais les vagues ne sont pas au rendez-vous. Nous restons là-bas à niaiser ou admirer le paysage. Retour à Mancora sans avoir surfer.

Petite soirée tranquille, la dernière, ça sent la fin… Demain, je retourne dans la capitale, Lima. Je serais de nouveau seule. Plus que 2 jours avant de reprendre mes autres vols vers le Canada. J’ai pas envie de quitter Mancora, j’aimerais rester ici et attendre le retour des petites vagues.

Une de mes passions, c’est de préparer mes voyages et trouver le meilleur hébergement pour mes séjours. Cliquez sur ce lien vers Booking.com si vous voulez commencer à planifier l’hébergement pour votre prochain voyage ou séjour.

Suivez moi sur Pinterest :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :